MAGAZINE BCR - Octobre 2014

Franz Robert Wild, originaire de Toulouse, est un musicien de folk-rock passionné et passionnant. Ce dernier vient de sortir son premier album, sous la houlette et l’œil avisé d’un certain Olivier de la Celle, plus connu sous le nom d’ Oli le Baron, guitariste dandy rock et compositeur hors pair de Dick Rivers, ex membre du groupe Ici Paris. D’ailleurs, en mars 2012, Franz Robert Wild a eu l’honneur et le privilège d’assurer de main de maître la première partie de Mister D à l’Olympia, à l’occasion d’un mémorable concert anniversaire pour fêter ses 50 ans de carrière. Une référence ! L’univers de Franz est très intéressant et oscille entre folk d’inspiration Bob Dylan, country music façon Willie Nelson et rock sophistiqué et mélodieux dans la lignée de Tom Petty and the Heartbreakers ou Elliot Murphy accompagné d’Olivier Durand. Sans oublier le bon vieux blues acoustique et primitif du Delta du Mississippi. Les 12 titres proposés par Franz Robert Wild sont tous des compositions originales et outre le fait d’être un excellent chanteur dénué d’accent franchouillard et un guitariste subtil et raffiné, le toulousain s’affirme également comme un redoutable songwriter. Réalisé merveilleusement bien par le Baron, l’album distille des harmonies vocales et instrumentales de très haute lignée. Une certaine expérience et une honorable obstination sont perceptibles dès le première écoute et les mélodies titillent les neurones jusqu’à l’obsession. C’est un disque accrocheur dans le bon sens du terme et Franz redonne au style, parfois usurpé de folk-rock, toutes ses lettres de noblesse. Incontestablement, Franz Robert Wild est la découverte du moment (pour certains) ou la confirmation (pour d’autres). En espérant sincèrement que cet opus rencontre le succès qu’il mérite et que Franz rencontre l’écho médiatique en parfaite adéquation avec son immense talent et sa chaleur artistique communicative. Il aime les grands espaces et les longues routes poussiéreuses du sud des Etats-Unis, là où le bitume fond comme neige au soleil et où les stations Texaco proposent des bières glacées. Des périples avec ‘The French House’, inséré dans l’autoradio d’une Cadillac, bref sans aucune faute de goût et sans dépareiller du trip worn to be wild. Merci et bravo Franz Robert Wild ! www.franzwild.com 

Serge Sciboz (BCR Magazine) 

 

WEBZINE : Rock Made In France - Juin 2014

Certaines rencontres forcent le destin. Celle d’avec Oli le Baron a donné naissance au premier album de Franz Robert Wild, mariage réussi de folk et de country.

Depuis le temps qu’ils en parlaient. Il faut repartir à fin 2010 pour se rapprocher de la vérité et se souvenir que Franz Robert Wild et Oli le Baron projettent de réaliser un album ensemble. C’est aujourd’hui chose faite avec les 12 titres de « The french house ». Douze titres à la country folk étincelante qui ne sont pas sans rappeler l’excellent dernier disque de Dick Rivers. Rien d’étonnant à cette comparaison, Oli le Baron a produit les deux albums. Et quand vous saurez que Franz Robert Wild a fait la première partie du niçois en 2012 à l’Olympia, la filiation est plus qu’évidente. Pourtant, les deux hommes ont un univers bien distinct. Franz Robert Wild chante en anglais tout d’abord, marquant ainsi un fossé presque générationnel. Ensuite, sa country acoustique penche vers une folk à la Bob Dylan là où Monsieur Dick l’emmène vers Johnny Cash, voire l’éternel Elvis. « The french house » étire donc sa vigueur non monotone vers le « Nebraska » de Bruce Springsteen ou encore quelques vieilles antennes de Warren Zevon. Résultat, cette maison française donne directement sur les 2 poumons culturels des Etats-Unis, là où les buildings et les universités ont enterré plusieurs fois la hache de guerre : San Francisco et New York. Un album très européen en définitive…

Hervé Devallan 

 

http://www.rockmadeinfrance.com/actu/news/franz-robert-wild-the-french-house/13157/ 

 

 QUOTIDIEN: LA DEPECHE DU MIDI 29-03-2012

Une idole depuis toujours, Bob Dylan, auteur, compositeur, interprète et beaucoup de talent, Franz sera à l'Olympia le samedi 31 mars 2012 en première partie du concert de Dick Rivers.

L'Olympia, scène mythique parisienne, peuple l'imaginaire de nombreux artistes. C'est Oli Le Baron qui produit, arrange et joue pour Dick et Franz. Un jour, devant monter du matériel sur Paris, il demande à Franz de l'accompagner. Ok, c'est parti, direction la capitale. Dick invite Oli à dîner, Franz accompagne, Jean-Patrick le patron de Oui FM est là aussi. Oli à Dick : « Tu sais que Franz est musicien ? ». Franz raconte : « Chez Dick, il y a 3 guitares, j'ai pris la Gibson des Chats Sauvages et j'ai joué deux de mes titres, ça plait beaucoup à Dick, aussi à Babette, la femme de Dick. La soirée s'est terminée, cool, simple. Dans les 15 jours qui ont suivi, Oli m'appelle et m'annonce que je suis en première partie de Dick à l'Olympia ! J'ai halluciné !!! ». Afin de célébrer cet événement unique, Franz a concocté une page spéciale sur son site web où vous pourrez notamment télécharger l'EP 5 titres « The French House » : http://www.franzwild.com/fr/special-concert-olympia.html

Le 1er clip de Franz est sorti au début du mois de mars, « Gone, gone, gone » se trouve sur You Tube, Vimeo, Dailymotion. Le clip a été tourné en janvier au centre de Toulouse. Clin d'œil à Dylan, hommage à Chaplin, aux détours des images, mais surtout un clip qui colle à Franz et à sa chanson, à découvrir..

 

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/29/1317543-lavaur-le-vaureen-franz-robert-wild-a-l-olympia.html


 

MAGAZINE MENSUEL: TOULOUSE MAG

Il était une fois dans l’ouest

Les destinées tiennent a peu de choses. Celle de Franz R. Wild s’est ébauchée lors d’un concert de Bob Dylan en 1993 a Toulouse. 

Passionne de folk et de blues, il ne quitte plus, des lors, sa guitare qui sonne comme l’ouest américain et qu’il slide au briquet, et se fait remarquer sur les scènes de la région - Les rencontres d’Astaffort de Francis Cabrel entre autres-, avant de terminer parmi les dix finalistes de l'émission M6 Musiclive. Sa rencontre avec le producteur Oli le Baron (Jean-Louis Aubert, Dick Rivers) lui permet de passer a la vitesse supérieure. En l'occurrence, de réaliser un premier EP, en ecoute sur son site. “The French House” réunit cinq jolies chansons “Western rock”, sans jamais être routinier. Folk dans l’ame, donc a la fois reveur et enrage, il conte les desillusions de notre epoque: Le naufrage du grand commerce mondial, la “Greenpeace attitude” ou l’industrie aveugle du disque, sans oublier l’amour, bien sur…

 

Source : Toulouse Mag Nº115 - Mars 2012 - p.77


 

 QUOTIDIEN: LA DEPECHE DU MIDI - 26-11-2011 

Franz Robert Wild est Vauréen et cependant sa musique le rend de partout et nulle part, tant son univers est bien particulier, tant l'homme a du talent. Il est tombé dans la musique tout petit. Depuis, Franz a parcouru un sacré bout de chemin dans ce monde artistique où beaucoup aimeraient faire leur place au soleil. Remarqué par Francis Cabrel qui le sélectionne pour les sessions « Voix du Sud » en 2006, puis par l'équipe et les internautes de M6 TV en 2010, où il termine parmi les 10 finalistes des « M6 Musiclive » et un concert au Zénith de Montpellier devant 7000 spectateurs venus écouter Justin Nozuka, Pixie Lot ou Christophe Mae. Franz continue de tracer sa route, marqué définitivement par une rencontre avec Bob Dylan en 1993, une véritable révélation. Ajouter que l'artiste Toni Childs l'a pris sous son aile, et qu'en 2012, il effectuera la 1ère partie des concerts de sa tournée US, complète parfaitement le portrait de l'artiste. Franz compose ses chansons, il les écrit et les chante en anglais. Il vient tout juste de terminer l'enregistrement d'un album de 12 titres, « The French House », produit par Oli Le Baron, auteur, compositeur, interprète et guitariste, qui a travaillé avec Raphael (Caravane), Jean-Louis Aubert, Dick Rivers (Mister D)… Un EP (Extended Play) de 5 titres tirés de l'album est désormais disponible en téléchargement libre sur le site internet du musicien : http://www.franzwild.com. Surtout, n'hésitez pas à télécharger les 5 titres et laissez vous emporter par l'univers de Franz qui chante notre société, l'écologie, l'amour, le web, la dérision de vivre, sur une musique tantôt rock, tantôt pop, surtout folk, rageuse et rêveuse.

Une magnifique ballade, « Gone, gone, gone », avec une guitare solo envoutante dont les notes s'envolent comme autant de bulles multicolores, un super blues rock, « Take that train », où l'on sent toute l'influence de Dylan, notamment, ne peuvent que séduire et donner l'envie de passer les 5 titres en boucle. « The French House » - Téléchargement libre : http ://www.franzwild.com


Source : http://www.ladepeche.fr/article/2011/11/26/1225058-lavaur-franz-robert-wild-un-artiste-vaureen-au-zenith.html



BLOG: ICI TAILLAC

C'était bien avant que j'entende la voix du bonhomme et que ses chansons tournent en boucle dans ma tête au réveil, qu'un ami me parlais déjà de son copain Franz de Toulouse. A chaque fois que nos discutions abordaient le sujet du Folk et de Dylan en particulier celui-ci m'envoyait toujours à la gueule: « moi j'connais un gars qui est auteur-compositeur !!! un vrai ! Et qui sait tout sur Dylan alors ...(ferme la !) ».

Le talent et la culture étant chose plutôt aléatoirement distribué sur cette terre je prend bien souvent garde des gens qui prétendent connaître l'histoire du petit rockeur du Minnesota et qui se métamorphose en mauvais H.Aufray de sous préfecture.

"Gone, gone, gone" with "Gospel, Jesus and your blues"

La claque c'est la visite sur le Myspace de Franz Wild le titre « Gone,gone,gone » devient hypnotique pour l'amateur de folk-rugueux et possédé que je suis. « Gospel, Jesus and your blues » vient enfoncer le clou. « Gospel, Jesus and your blues »: Une seule bonne chanson fait toute la différence et peut faire oublier toutes les autres.

La halle aux grains Lavaur

Enfin ma première rencontre « LIVE » avec l'artiste. Moyenne d'age du public de la salle en dessus de 40 ans que l'on croirait sortie pour une soirée au Carnegie Hall. La présence en première partie du légendaire Bob Brozman venu a l'initiative de Franz place la barre haute pour la soirée.

Franz arrive seul avec sa 12 cordes pour un titre que je ne connaissais pas. La voix et la tonalité des textes s'imposent d'entrée malgré une fébrilité apparente. Puis viendra le titre « Only One Shot » ou on assiste a un vrai bon folk-rock qui met en évidence la cohésion du groupe et l'adhésion du public. Les titres« Ain't Gonna Walk » et « Go Get Lost » confirme la direction: texte intelligent et équilibre entre folk-song et basse saturé savament dossé par Oli le Baron.

Aux dernières nouvelles que m'a donné Franz son album est en préparation avec Oli comme producteur quand on sait que le bassiste d'un soir a Lavaur a collaboré ente autre avec Sylvain,Sylvain des Dolls et les JAD WIO on ne peut être qu'impatient d'écouter le résultat final !

Pour en savoir plus http://www.reverbnation.com/franzwild & www.myspace.com/franz.wild


Source : http://icitaillac.blogspot.com/2011/02/franz-wild.html



QUOTIDIEN: LA DEPECHE DU MIDI - 02-11-2010

On a déjà beaucoup parlé et écrit sur Bob Brozman. Son passage à Lavaur samedi dernier a rempli la Halle aux Grains, on a dû refuser du monde. Ce fut effectivement un grand moment que le public d'amateurs avertis a apprécié à sa juste valeur. Mais il y avait aussi celui de la première partie, finalement passé en 2ème, pour raison d'acoustique : la formation Franz Robert Wild. C'est Franz, musicien professionnel, habitant une petite commune de notre canton, qui a fait venir Bob, qu'il a connu en 2006 lors d'un concert à Toulouse suivi de sa 1ère Master Class (il en est à sa 3ème).

Pour s'imprégner de sa musique (Folk, teinté de Pop et de Rock), de ses maitres (Dylan, puis Neil Young et Joni Mitchell), il a sillonné les côtes Est et Ouest des States. Auteur-Compositeur-Interprète, il a démarré avec sa sélection pour le stage de Cabrel à Voix du Sud en 2006, puis le Festival « Autan de Blues » au « Bolegason » à Castres. Cette année, en 1ère partie de C.Mahé au Zenith de Montpellier, et enfin sa sélection pour les « music live » de M6. Avec sa formation composée de Olie Le Baron (multi-instrumentiste : guitare, basse, percussion) et de Davis (Batteur), il prépare un Album qui doit sortir début 2011. Pour communiquer :
http://www.facebook.com/pages/Franz/270436397862.


Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/11/02/939658-Lavaur-Franz-Robert-Wild-un-Auteur-Compositeur-Interprete-de-la-Region.html



QUOTIDIEN: LA DEPECHE DU MIDI - 26-04-2010

Franz Wild qualifié pour les M6 mobile music live

Son nom est Franz Wild mais, pour les auditeurs de Air d'Autan, il est juste Franz, l'animateur de l'émission « Planet Slide ». C'est en duo avec son batteur et ami Davis qu'ils furent sélectionnés par le concours M6 mobile Music Live 2010 avec leur chanson « Gone, Gone, Gone ». « C'est une volonté plus ou moins fortuite, explique-t-il. Comme pour beaucoup de concours sur Internet, nous nous sommes inscrit, et j'ai eu la surprise de découvrir que nous avions été sélectionnés parmi environ un millier de groupes. Il y'a eu ensuite des votes réservés aux abonnés mobiles M6, et nous avons fait parti de cinquante nominés. »

Dix groupes au total furent retenus, pour une tournée de deux concerts (dont Vendredi au Zénith de Montpellier). « Sur ces dix groupes, quatre seront sélectionnés plus un repêché, pour jouer à Paris le 19 Juin prochain, et à partir de là, un des groupes sera chapeauté par le label M6. »

Le concert à Montpellier sera gratuit, et en plus des labels M6, des grands noms de la musique actuelle joueront à cette occasion, tel Christophe Maé, Justin Nozuka, Bébé Brune, ou encore Chimène Badi. A partir de début Mai, ce sera au public de voter pour déterminer le vainqueur. 
Passionné de musique, Franz débuta sa carrière musicale à l'âge de 17 ans.

Il a notamment fait les sessions chez Francis Cabrel à Astafort lors d'une semaine de stage que ce dernier organise deux fois par an. Puis il joua en première partie au festival « Autan de Blues ». C'est depuis fin 2008-début 2009 qu'il lança l'émission « Planet Slide », émission visant à faire découvrir le slide sous toutes ses facettes. « Il s'agit d'une technique qui utilise un glissé sur les cordes, avec un objet de métal ou de verre. On retrouve ça d'abord dans la musique hawaïenne, puis ça s'est développé dans le blues, le country , le rock… »

Un nouveau titre sera lancé sur Internet d'ici fin Mai, enregistré en direct afin de retrouver l'énergie de la performance sur scène.


Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/04/26/823416-Lavaur-Franz-Wild-qualifie-pour-les-M6-mobile-music-live.html



QUOTIDIEN: LA DEPECHE DU MIDI - 06-02-2010

Franz et Somny Coffee et Mesryne à la Halle aux grains

Samedi 6 février à 21h, le public a rendez-vous à la Halle aux Grains avec des musiciens pour une soirée rock.

Rock progressif avec le groupe Somny Coffee, rock inspiré des grands groupes mythiques tels que Génésis, Pink Floyd, pour ne citer qu'eux. De la musique mais aussi des lumières, de la vidéo, une ambiance scénique attendent les spectateurs. Franz et son complice Davis les entraîneront sans difficulté dans un univers folk-rock bluesy. Folk, Franz revendique cette appellation quand son maître à composer, à chanter, à faire de la musique, s'appelle Bob Dylan. De cette filiation, sont nées de bien belles mélodies . Invité de la soirée, Mesryne est un groupe né en septembre 2004 dans le département du Tarn, dans un petit village entre Albi et Toulouse. Sur scène Mesryne écrit et chante, en français, un rock énergique où l'émotion et la fantaisie sont portées par une alchimie musicale parfois déconcertante. Des univers différents, mais une passion commune, la musique. P.B.

Halle aux Grains - Samedi 6 février à 21h - Entrée 5 €, 3 € étudiants - Réservation : Office du Tourisme - 05.63.58.02.00.


Source : http://www.ladepeche.fr/article/2010/02/06/770956-Lavaur-Franz-et-Somny-Coffee-et-Mesryne-a-la-Halle-aux-grains.html 



QUOTIDIEN: LA DEPECHE DU MIDI - 29-05-2009

Tous en concert pour La Cour des Miracles

« Ressuscitons la Cour des Miracles ! » Tel est le cri du cœur de nombreux musiciens qui, venus de partout, se donnaient rendez-vous depuis une vingtaine d'années déjà dans ce studio d'enregistrement créé par Marc Dubezy au 38 du chemin de Moulis, à Toulouse. Détruit par un violent incendie dans la nuit du 10 avril, ce formidable outil de création qui a vu passer tant d'artistes (Mickey Tout Seul, Mathieu Bggaerts, Les Bombes 2 Bal, Dick Annegarn, Spook and The Guay notamment) était avant tout, rappellent-ils, « un lieu convivial où la passion de la musique, l'amour du travail bien fait ont toujours côtoyé des qualités humaines rares ». Et c'est autant de raisons qui poussent aujourd'hui les plus proches d'entre eux - parmi lesquels le groupe Le Rang du Fond qui, dans l'incendie, a perdu lui aussi tout son matériel (N.D.L.R. : ce groupe de rock'n roll venu de Castres était en train d'y enregistrer son deuxième album)- à organiser aujourd'hui un concert de soutien. Le rendez-vous : ce vendredi 29 mai à 20h30 au Bikini pour un véritable festival… des Miracles au cours duquel se produiront les groupes Le Cercle, Uniform Motion, Kat Cross, Babé Falco, Sommy Coffee, Rodolphe Testut, Le Rang du Fond, Alexandra Hernandez, Franz Robert Wild… Autant dire que l'on attend un maximum de monde ce vendredi soir au Bikini, à Ramonville.


Source : http://www.ladepeche.fr/article/2009/05/29/614243-Tous-en-concert-pour-La-Cour-des-Miracles.html